Dialogo è accettare l'altro come è e come egli stesso si definisce e si presenta a noi, di non cessare di essere se stessi mentre ci si confronta con il diverso, di essere consapevoli che la nostra identità esce arricchita e non sminuita da chi di questa identità non accetta alcuni elementi, magari anche quelli che noi riteniamo fondamentali. La riconciliazione è possibile, tra i cristiani e nella compagnia degli uomini. (Enzo Bianchi, priore della Comunità di Bose)


Exposition « Matteo Ricci »

Dans le cadre du 400ème anniversaire de la mort de Matteo Ricci (1552 – 1610), le Palais de la découverte accueille du 14 septembre 2010 au 6 février 2011 une exposition qui est consacrée à cet éminent missionnaire catholique de la Renaissance.
L'occasion de faire découvrir au grand public, à partir du niveau collège, ce personnage trop souvent méconnu, et qui fut cependant le pionnier des échanges scientifiques entre la Chine et l'Occident.
Une exposition temporaire en 21 panneaux.
L'exposition « Matteo Ricci » a été conçue par l'Institut Ricci, sous le haut patronage de l'Académie des Sciences et en association avec le Centre d'Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (EHESS / CNRS).
Elle s'intègre tout naturellement à la programmation des expositions du Palais de la découverte, qui se veut lieu d'apprentissage des bases scientifiques fondamentales, et est accueillie dans un espace de 85m² à la lisière des départements dédiés aux mathématiques et à l'astronomie.
Ce sont ainsi 21 panneaux stylisés, dans des tonalités chaudes et au design évocateur de la plus authentique tradition esthétique chinoise qui parsèment le parcours de ce voyage au coeur de la vie de Matteo Ricci. Un film de 52 minutes (de Yu Sanle) vient également rendre hommage à celui que l'on nommait aussi dans l'Empire du Milieu « Li Madou » (le sage venu de l'Occident). Prêtre et missionnaire jésuite italien né en 1552, Matteo Ricci commença son périple à l'âge de 20 ans avec en tête l'idée de convertir la Chine au christianisme. Il y passa le restant de sa vie, assimilant pleinement les rudiments de la culture chinoise, et fut à l'origine de l'échange des savoirs de la Chine Ming avec l'Europe des Lumières.
Il laissa une empreinte considérable dans l'histoire du peuple asiatique, diffusant sur place les fondements du savoir occidental en matière d'astronomie, de mathématiques, de philosophie, de littérature, de musique, de cartographie et même d'horlogerie.
Il fut le premier à proposer la traduction d'oeuvres majeures de la pensée du confucianisme, la réalisation d'un dictionnaire chinois en langue occidentale (le portugais) et une mappemonde originale mettant à jour les contours de l'Orient.
Ses observations, transmises à l'Europe des Lumières par le biais de son Journal et de sa correspondance, ont bâti une véritable passerelle culturelle entre les deux civilisations.
Dossier pour la Science